signal


signal

signal, aux [ siɲal, o ] n. m.
• 1540; « signe distinctif, cachet » déb. XIIIe; réfect., d'apr. signe, de seignal; bas lat. signale, neutre subst. de signalis « qui sert de signe »
1Signe convenu (geste, son...) fait par qqn pour indiquer le moment d'agir. Attendre le signal. À mon signal, vous entrerez. Par ext. Donner le signal de (une action, un événement) :déclencher, provoquer. Donner le signal du départ. Il « donnait le signal des applaudissements » (Vigny).
Fait par lequel une action, un processus commence. annonce. Cet article a été le signal d'une véritable campagne de presse.
Psychol. Signe servant d'avertissement et déclenchant un certain comportement (la réponse) quand le conditionnement est réalisé.
2Signe (ou système) conventionnel destiné à faire savoir qqch. à qqn, à véhiculer une information. Signal sonore, acoustique. aussi bip, eurosignal. Signaux visuels, optiques, lumineux. 1. balise. Signal d'alarme, d'alerte, de détresse. S. O. S.; avertisseur. Spécialt Signaux d'un navire (pavillons, signaux à bras, phoniques, de détresse). Signaux de port, permettant la navigation près des ports (boules, pavillons et feux, balisage). — Signaux de chemin de fer : disques, feux réglant la circulation sur les voies. Signaux de route : feux, panneaux de signalisation, poteaux indicateurs. Respecter un signal.
Sc. Grandeur physique variable servant de support à une information. Signal électrique. Circuit, code, système de signaux. Émission, réception, sélection de signaux. Traitement du signal. démodulation, modulation; démultiplexage, multiplexage; accentuation, désaccentuation, préaccentuation. Signaux horaires hertziens, donnant l'heure. Niveau de signal. Signal et bruit. Représentation analogique d'un phénomène physique.

signal, signaux nom masculin (latin populaire signale, du latin classique signum, signe) Tout signe, geste, cri, son, etc., destiné à avertir, à donner une consigne, un ordre : Lancer un signal de détresse. Dispositif qui produit ou porte un signe conventionnel adéquat pour prévenir de quelque chose : Un signal sonore avertit de la fermeture des portes. Fait, événement qui annonce quelque chose ou en marque le début : Cet incident a été le signal de l'insurrection. Art contemporain Sculpture, monument conçus pour se détacher en hauteur dans le paysage, urbain ou autre. Chemin de fer Dispositif de communication permettant de transmettre des indications conventionnelles aux conducteurs des trains ou des mouvements de manœuvre. Cybernétique Variation d'une grandeur physique de nature quelconque, transportant de l'information, et grâce à laquelle, dans une installation, un élément en influence un autre. Géodésie Construction en charpente, destinée soit à supporter l'appareil de visée, soit à être visée de cet appareil. ● signal, signaux (expressions) nom masculin (latin populaire signale, du latin classique signum, signe) Donner le signal de quelque chose, être le premier à faire quelque chose qui sert d'exemple, est suivi par d'autres. Rapport signal sur bruit, rapport, exprimé en décibels, des puissances du signal utile et du bruit en un point spécifié d'une voie de transmission ou à la sortie d'un appareil de reproduction sonore. Stimulus signal, synonyme de stimulus déclencheur. ● signal, signaux (synonymes) nom masculin (latin populaire signale, du latin classique signum, signe) Fait, événement qui annonce quelque chose ou en marque le début
Synonymes :
- présage
- symptôme
Éthologie. Stimulus signal
Synonymes :
- stimulus déclencheur

signal, aux
n. m.
d1./d Signe convenu utilisé pour servir d'avertissement, pour provoquer un certain comportement. Au signal, tout le monde se leva.
Donner le signal de: déclencher.
|| Par ext. Fait qui annonce une chose ou la détermine, qui marque le début d'un processus. La prise de la Bastille fut le signal de la Révolution.
d2./d PSYCHO Signe qui sert d'avertissement et déclenche une conduite. L'enfant qui accourt quand il entend la voix de sa mère réagit à un signal.
d3./d Signe conventionnel qui sert à transmettre une information. Signal optique, sonore. Apprendre les signaux du code de la route.
|| Construction utilisée en géodésie, marquant l'emplacement d'un point trigonométrique et visible de loin.
|| TECH Forme physique d'une information véhiculée dans un système; cette information.
d4./d (Afr. subsah., Madag.) Syn. de symbole (sens 2).

⇒SIGNAL, -AUX, subst. masc.
A. — 1. Signe convenu par lequel quelqu'un donne une information, un avertissement à quelqu'un, indique à quelqu'un le moment de faire quelque chose. Donner, entendre le signal; obéir à un signal/au signal. Ils étaient convenus, elle et Rodolphe, qu'en cas d'événement extraordinaire, elle attacherait à la persienne un petit chiffon de papier blanc, afin que, si par hasard il se trouvait à Yonville, il accourût dans la ruelle, derrière la maison. Emma fit le signal (FLAUB., Mme Bovary, t. 2, 1857, p. 32). Ce matin comme chaque matin, à cette heure-ci, quelque part dans les tranchées, des milliers de malheureux attendent le signal de l'assaut (MARTIN DU G., Thib., Épil., 1940, p. 931).
P. ext. Donner le signal de qqc. Déclencher, provoquer. Les premiers accords sombres de l'opéra donnèrent le signal du commencement du spectacle (DELÉCLUZE, Journal, 1825, p. 121). Mer-veilleux! Claudie avait donné le signal des applaudissements, ils tapaient dans leurs mains, ils déchaînaient leurs voix, ils se précipitaient vers l'estrade (BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p. 265).
2. Fait, événement qui annonce quelque chose, par lequel une action, un processus commence. C'était sur notre décadence que l'Allemagne avait compté. Elle avait cru que la guerre serait chez nous le signal d'une révolution (BAINVILLE, Hist. Fr., t. 2, 1924, p. 260). Un coup dans le ventre le jeta à terre. Et ce fut le signal d'une scène terrible. Les six gendarmes s'étaient lancés sur lui, le piétinaient, le martelaient de coups de bottes (VAN DER MEERSCH, Invas. 14, 1935, p. 91).
3. Spécialement
a) PSYCHOL. Signal (sensoriel). Stimulus déclenchant un réflexe conditionné. S'il est possible de dresser les animaux et de faire leur apprentissage, c'est que l'emploi d'un signal au lieu du stimulus naturel pour déclencher la réaction a d'ores et déjà libéré dans une certaine mesure la « forme » de son environnement empirique (J. VUILLEMIN, Essai signif. mort, 1949, p. 8).
b) PSYCHANAL. [Dans la théorie freudienne] Signal d'angoisse. Dispositif mis en action par le moi devant une situation de danger, de façon à éviter d'être débordé par l'afflux des excitations, reproduisant sous une forme atténuée la réaction d'angoisse vécue primitivement dans une situation traumatique et déclenchant ainsi des opérations de défense (d'apr. LAPL.-PONT. 1967). Le terme de signal d'angoisse met en évidence une nouvelle fonction de l'angoisse qui en fait un motif de défense du moi. (...) le signal d'angoisse peut (...) fonctionner comme « symbole mnésique » ou « symbole affectif » d'une situation qui n'est pas encore présente et qu'il s'agit d'éviter (LAPL.-PONT. 1967).
B. — 1. Signe conventionnel ou système de signes conventionnels destiné à informer ou à prévenir quelqu'un de quelque chose. Signal acoustique, lumineux, optique, phonique, sonore; signaux visuels; signal d'alarme (v. ce mot II A); signal d'alerte. Un ordre partait du porte-voix, un beuglement sourd et indistinct, pendant qu'on tirait quatre fois la corde du signal d'en bas, « sonnant à la viande », pour prévenir de ce chargement de chair humaine (ZOLA, Germinal, 1885, p. 1153). Ce ne sont pas des feux de bergers, ce sont des signaux. Ne va-t-il pas, comme les miliciens, voir des signaux partout? Il a l'habitude des signaux par le feu; d'ailleurs (il compte), ces abrutis sont en train de transmettre en morse, — mais pas en langage clair. L'autre feu est aussi un feu de signaux. Les fascistes ont bien préparé leur travail (MALRAUX, Espoir, 1937, p. 508).
Signal de détresse. « Le pavillon en berne », dit Mr Fogg. Le pavillon fut amené à mi-mât. C'était un signal de détresse, et l'on pouvait espérer que le paquebot américain, l'apercevant, modifierait un instant sa route pour rallier l'embarcation (VERNE, Tour monde, 1873, p. 122).
2. Dans le domaine de la circulation routière ou ferroviaire. Appareil, panneau, avertisseur sonore ou lumineux donnant au conducteur des instructions ou des renseignements. Signal de danger, d'interdiction; signaux de route; respecter les signaux. On avait écarté les rideaux devant les fenêtres pour laisser passer l'air. Les feux rouges des signaux du chemin de fer brillaient dans la vitre. La sonnerie d'alarme résonnait, grêle, soutenue (ROY, Bonheur occas., 1945, p. 451):
Jadis je guettais dès l'orée de la journée des signes auguraux: au carrefour le plus proche du garage, si j'étais brusquement bloqué par le signal passant à mon approche du vert au rouge, la journée s'annonçait néfaste; à l'inverse, le signal rouge passant au vert au moment précis où j'allais devoir freiner, mais avant que j'aie porté la main au frein, présageait que je serais en accord avec le monde, que je danserais en mesure.
VAILLAND, Drôle de jeu, 1945, p. 203.
Spécialement
GÉOD. Construction de charpente destinée soit à servir de mire, soit à supporter un appareil de visée. En flânant, en rêvant, on gagne le signal, le mamelon herbu qui marque le plus haut point de la colline (BARRÈS, Colline insp., 1913, p. 245).
MAR. Signe, ensemble des signes sonores ou visuels; p. méton., appareil qui émet ces signaux sonores. Il jetait un coup d'œil aux compas, disait deux mots au timonier, deux mots aussi au matelot chargé d'actionner le signal de brume (PEISSON, Parti Liverpool, 1932, p. 182).
Code international de signaux. Ensemble des signes effectués au moyen de pavillons spéciaux.
Signaux à bras. Signaux alphabétiques indiqués par les différentes positions des bras correspondant à une lettre de l'alphabet morse (d'apr. LE CLÈRE 1960).
Signaux de port. Ensemble de signaux (boules, pavillons, balises) permettant la navigation près des ports et dans les bassins (d'apr. LE CLÈRE 1960).
3. Phénomène physique (tension, courant, champ électromagnétique, onde sonore ou lumineuse) transmettant une information. Signal radio-électrique; signal vidéo; signal de référence; signal d'espacement, d'interruption; composante, onde, vitesse de signal. Impression d'une bande magnétique qui reçoit les signaux électroniques produits par les sons (SAMUEL, Art mus. contemp., 1962, p. 629). Réception des signaux de télévision émis par la station d'Andover dès le premier passage en visibilité mutuelle de France et des États-Unis (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 2, 1964, p. 281).
Rapport signal-bruit ou signal sur bruit. Rapport des valeurs respectives du signal et du bruit. Les bruits se traduisent par l'apparition de points lumineux, de voiles, de moirures qui se superposent à l'image. Le rapport signal-bruit joue le même rôle qu'en radiodiffusion sonore (MATRAS, Radiodiff. et télév., 1958, p. 86). Une difficulté est naturellement le bruit de fond du récepteur. On donne d'ordinaire la valeur du rapport signal sur bruit au-dessus de laquelle la mesure est possible (SCHATZMAN, Astrophys., 1963, p. 47).
C. — 1. LING. [P. oppos. à fonction de symbole, fonction de symptôme] Fonction de signal. Fonction du message agissant sur le récepteur. Synon. fonction conative. (Ds REY Sémiot. 1979).
2. SÉMIOL., SÉMIOT. ,,Dans la théorie de l'information, on entend par signal toute unité qui, obéissant aux règles d'un code, entre dans la composition de messages`` (GREIMAS-COURTÉS 1979). Le signal a valeur de phrase. Pour Prieto, Martinet, la phrase est un signal formé de signes et il n'y a de sémiologie que des signaux (REY Sémiot. 1979).
Prononc. et Orth.:[], plur. [-o]. MARTINET-WALTER 1973 [--], [-nj-] (8, 9). Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Déb. XIVe s. signiau « marque distinctive » ([GÉRARD DE MONRÉAL], Le Templier de Tyr ds Chiprois, éd. G. Raynaud, p. 185); 1355 signeau « tige de métal, souvent précieux, aussi longue que l'épaisseur du parchemin, à laquelle s'attache le signet » (Comptes royaux ds LABORDE); 1412 sinal « estampille » (Un partage mobilier en 1412, p. 30, S. Germain ds GDF., s.v. segnal); 2. 1540 signail « signe matériel par lequel on indique quelque chose à quelqu'un » (N. HERBERAY DES ESSARS, Le Premier Livre de Amadis de Gaule, éd. H. Vaganay, p. 193: il commanda (pour faire signail) allumer f[e]uz de toutes pars); au fig. 1563-72 signal « marque d'un sentiment envers quelqu'un » (MONTAIGNE, lettre à son père ds Essais, éd. E. Courbet et Ch. Royer, t. 4, p. 314: pour signal de mon affection envers vous); spéc. a) 1718 « ce qui annonce une action » (Ac.: le signal de la révolte); b) 1813 « point de repère dans les mesures trigonométriques » (DELAMBRE, Abr. astron. 3e leçon ds LITTRÉ); c) 1856 « appareil manœuvré par quelqu'un ou fonctionnant automatiquement pour assurer la sécurité » ici, chemin de fer signal d'alarme, signal d'avertissement (C.r. de l'Ac. des sc., t. 43, p. 809); d) 1902 télécomm. (TURPAIN, Applic. prat. ondes électr., p. 191: signaux télégraphiques). Réfection, d'apr. signe, de l'a. et m. fr. seignal, seignau (dep. ca 1209 « quillon de l'épée » GUIOT DE PROVINS, Bible ds T.-L.; dep. 1265-66 « seing, cachet » Assises de Jérusalem, Livre de J. d'Ibelin ds GDF.), du lat. tardif signale, neutre subst. de signalis « qui sert de signe », dér. de signum « signe ». Fréq. abs. littér.:1 464. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 2 471, b) 1 889; XXe s.: a) 1 993, b) 1 905. Bbg. QUEM. DDL t. 28.

signal, aux [siɲal, o] n. m.
ÉTYM. 1552; seignal, v. 1265; « quillon d'une épée », v. 1220; « signe distinctif, cachet », déb. XIIIe; réfection, d'après signe, de l'anc. franç. seignal; du bas lat. signale, neutre subst. de l'adj. signalis, rad. signum « signe ».
1 Signe convenu (geste, son…) fait par qqn pour indiquer le moment d'agir. || Donner le signal de l'assaut, du tir, du départ. || Signal de fuite. || Signal au clairon pour appeler. Appel. || Attendre le signal (→ Guerrier, cit. 3). || Entendre le signal (→ Crisper, cit. 3). || Obéir à un signal.À mon signal, vous applaudirez. || Au signal (→ Choriste, cit.), à ce signal (→ Hymne, cit. 2).
Donner le signal de (une action, un événement) : déclencher, provoquer. || Invité qui donne le signal du départ en se levant.(Choses). || Répression qui donne le signal de la rébellion (cit. 2). Annoncer, provoquer.
1 (Il) faisait signe à ses amis de la cour de remarquer les plus beaux endroits, et donnait le signal des applaudissements; on y répondait de quelques loges (…)
A. de Vigny, Cinq-Mars, XXVI.
(1718). Fait par lequel une action, un processus commence. Annonce (→ Glace, cit. 4; nuit, cit. 4). || Le signe et le signal de la vie organique (→ Dissymétrique, cit.).Spécialt. Signe servant d'avertissement et déclenchant un certain comportement (la réponse) quand le conditionnement est réalisé. || Le signal se substitue à l'excitant normal dans le réflexe conditionné. || Réponse à un signal. || « Chez les insectes, les signaux odorants, parfois bien plus que les signaux visuels, jouent un rôle primordial dans la vie et la survie des espèces » (la Recherche, avr. 1981).
Spécialt. (Psychan.). || Signal d'angoisse : selon Freud, « Dispositif mis en action par le moi, devant une situation de danger, de façon à éviter d'être débordé par l'afflux des excitations. Le signal d'angoisse reproduit sous une forme atténuée la réaction d'angoisse vécue primitivement dans une situation traumatique, ce qui permet de déclencher des opérations de défense » (Laplanche et Pontalis).
2 Signe (ou système) conventionnel destiné à faire savoir qqch. à qqn, à véhiculer une information. || Convenir d'un signal pour communiquer avec qqn. || Signal sonore, acoustique, phonique. Cloche, gong, sifflet, sirène, sonnerie. || Signal d'alarme, d'alerte. Avertisseur (→ Peureux, cit. 1). || Signaux visuels, optiques (fixes ou mobiles). Disque, drapeau, mât, sémaphore.Géod. || Signal fixe. Mire. || Signaux lumineux. Fanal, feu, fusée, lanterne, projecteur, voyant; et aussi pyrotechnie. || Signal radio-électrique. || Répétiteur de signaux.Spécialt (pour les communications entre véhicules et l'utilisation des parcours). Signalisation. || Signaux d'un navire.Mar. || Signaux (absolt), ou signes flottants. Flamme, pavillon, pavois. || Signaux à bras : signaux alphabétiques par position des bras. || Signaux phoniques employés par mauvaise visibilité (sifflet, sirène, corne de brume). || Signaux de détresse, par fusée, détonations, son continu. S. O. S. || Signaux de port, permettant la navigation près des ports, l'entrée dans les bassins (boules, pavillons et feux indiquant la hauteur de l'eau; balisage).(Ch. de fer). Dispositif (disque, feu…) réglant la circulation sur les voies (→ Fermer, cit. 17; naître, cit. 17). || Conducteur (cit. 6) qui distingue un signal.Signaux des véhicules automobiles. Avertisseur, klaxon; feu (de position, clignotant…), flèche, phare.Signaux de route (feux, panneaux de signalisation, poteaux indicateurs). || Signaux de danger, d'interdiction, de localisation. || Respecter un signal. || S'arrêter au signal lumineux.
2 Les trois coups sonnaient; c'est un signal bien connu dans les villages de France, et qui, après les diverses sonneries de la matinée, annonce le commencement immédiat de la messe.
Stendhal, le Rouge et le Noir, II, XXXV.
2.1 Le train était arrêté devant un signal tourné au rouge qui fermait la voie.
J. Verne, le Tour du monde en 80 jours, p. 249.
3 S'il ne traverse pas assez vite (le piéton), le voilà soudain perdu dans le flot des monstres déchaînés par un nouveau changement de signaux.
G. Duhamel, Manuel du protestataire, IV.
Didact. Message ou effet à transmettre, véhiculant de l'information au moyen d'un système de communication; forme physique (tension électrique, etc.) sous laquelle se transmet une information. || Circuit, code, comparateur, générateur, système de signaux. || Composante, élément, intervalle, onde, vitesse de signal. || Ligne à signal constant. || Signal de référence, de suppression, de synchronisation, de télévision, signal vidéo. || Signal d'accusé de réception, d'appel, d'arrêt, de correction, de déclenchement, d'erreur, de ligne, de mise en marche, de rappel, de réponse, de repos… || Signal d'espacement, d'interruption, d'intervention, d'occupation de la ligne…Signal radio-électrique des radiocommunications. || Signal de télévision. || Signal vidéo. || Émission, réception, sélection… des signaux. Émetteur, réception, relais. || Signal distinctif d'un émetteur récepteur, ou indicatif d'appel. || Signaux de radioguidage. Radiophare. || Signaux horaires hertziens : signaux émis de la Tour Eiffel, donnant l'heure deux fois par jour. || Signaux continus; signaux séparés (ou discrets).(Opposé à bruit, désignant le stimulus physique ne correspondant à aucun message). || Rapport signal-bruit, rapport de leurs valeurs respectives (parfois exprimé en décibels). Bruit.Spécialt. || Niveau de signal : différence entre le signal transmis et un niveau de référence.Représentation analogique d'un phénomène physique. Capteur.
Didact. (sémiologie, sémiotique). Signe naturel ou fabriqué qui fait agir le récepteur d'une certaine façon; signe volontairement produit pour être un indice. || La phrase peut être considérée comme un signal formé de signes.Ling. || Fonction de signal : fonction du langage lorsqu'il agit sur le récepteur ( Conatif), opposée aux fonctions de symbole et de symptôme.
DÉR. Signaler (II.).V. aussi Signaliser.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Signal.h — is a header file defined in the C Standard Library to specify how a program handles signals while it executes. A signal can report some exceptional behavior within the program ( such as division by zero ), or a signal can report some asynchronous …   Wikipedia

  • Signal — Signal, signals, signaling, or signalling may refer to: Scientific concepts * Signal (electrical engineering), a physical quantity that can carry information. * Signal processing, the field of techniques used to extract information from signals * …   Wikipedia

  • Signal — Sig nal, a. [From signal, n.: cf. F. signal[ e].] 1. Noticeable; distinguished from what is ordinary; eminent; remarkable; memorable; as, a signal exploit; a signal service; a signal act of benevolence. [1913 Webster] As signal now in low,… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • signal — SIGNÁL, signale, s.n. (Rar) 1. Semnal convenţional emis de o sirenă, de un fluier etc. 2. Fluier mic de metal (cu care se dau aceste semnale convenţionale). – Din fr. signal. Trimis de LauraGellner, 22.07.2004. Sursa: DEX 98  SIGNÁL s. v.… …   Dicționar Român

  • Signal.h — Стандартная библиотека языка программирования С assert.h complex.h ctype.h errno.h fenv.h float.h inttypes.h iso646.h limits.h locale.h math.h setjmp.h signal.h stdarg.h stdbool.h stddef.h stdint.h stdio.h stdlib.h …   Википедия

  • Signal FM — Langue Français, Créole Pays  Haiti !Haïti Statut …   Wikipédia en Français

  • signal — sìgnāl m <G signála> DEFINICIJA 1. znak koji služi da bi se dojavila poruka ili upozorenje [crvena krpa predstavljat će signal za upozorenje] 2. stvar, znak i sl. koji ukazuje da će se nešto početi događati [dim iz vulkana je signal moguće… …   Hrvatski jezični portal

  • Signal — Sn std. (17. Jh.) Entlehnung. Entlehnt aus frz. signal m., zu l. sīgnālis bestimmt, ein Zeichen zu geben , zu l. sīgnum Zeichen, Kennzeichen, Merkmal . Verb: signalisieren.    Ebenso nndl. signaal, ne. signal, nfrz. signal, nschw. signal, nnorw.… …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • Signal — Saltar a navegación, búsqueda Signal era órgano de propaganda principal publicado no tanto por los nazis cuanto por el Ejército Alemán durante la Segunda Guerra Mundial. Era famoso por sus fotografías en color de calidad, lo que en la época… …   Wikipedia Español

  • signal — sub. m. Signe que l on donne pour servir d advertissement. Faire un signal. donner le signal. à ce signal ils mirent tous l espée à la main. ils tirerent trois coups de canon pour signal. On leur fit plusieurs signaux. ils firent les signaux dont …   Dictionnaire de l'Académie française


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.